24 février 2009

La lettre de Médecins du Monde

L’action de MdM en France se traduit souvent par des actions mobiles de promotion de la santé et l’ouverture des droits auprès des Rroms ou des personnes sans domicile. La réduction des risques liés aux pratiques prostitutionnelles, à l’usage des drogues dans les raves ou auprès des jeunes marginalisés est aussi une priorité qui exige un accompagnement social, médical, administratif et juridique. Par ailleurs, nos centres de soins luttent contre le saturnisme en repérant et protégeant les enfants victimes d’une intoxication au plomb. Enfin, la mission parrainage apporte un soutien aux enfants isolés de leur famille par l’hospitalisation.
SDF et mal-logés :

Le droit au logement est un droit fondamental. Et pourtant, la grande majorité des patients vus par MdM France est sans-abri ou demeure dans des logements précaires.
Migrants
Nos équipes assurent des consultations, diffusent des messages de prévention, et orientent les migrants vers des partenaires et le système de santé de droit commun.
Saturnisme infantile :
MdM repère les immeubles insalubres, informe les familles sur cette maladie, dépiste, et suit des familles d’enfants intoxiqués (au nombre de 85 000). Elle mobilise également les acteurs locaux de la santé, de l’habitat et du droit.
Gens du voyage :
Les gens du voyage sont menacés dans leurs droits, et cela se répercute physiquement et psychologiquement. L’objectif des équipes mobiles de MdM est donc double : rencontrer les gens du voyage sur leurs lieux de vie, et les aider à faire reconnaître leurs droits.
Rroms :

Les Rroms quittent leur pays d’origine pour fuir la discrimination raciale et la misère. Toutefois, la multiplication des expulsions (provoquant la rupture de la continuité des soins) les fragilise et rend leur vie encore plus précaire.
Personnes se prostituant :
Depuis la mise en vigueur de la loi sur le délit de racolage passif en 2003, les conditions de vie des personnes se prostituant se sont largement dégradées, et les violences à leur encontre se sont multipliées.
RDR et échange de seringues :
Les programmes d’échange de seringues sont reconnus comme établissements médico-sociaux depuis 2006 et sont financés par l’assurance maladie. Nos équipes vont au-devant des usagers de drogues dans la rue, les squats, et les raves pour fournir du matériel stérile et ainsi réduire les risques encourus par la consommation de drogues.
Bus méthadone :
La méthadone est un traitement de substitution aux opiacés. Elle soulage la sensation de manque. Nos équipes offrent des services personnalisés et délivrent quotidiennement une dose de méthadone aux patients suivis, population très précarisée et marginalisée.
Parrainage des enfants hospitalisés :

Le soutien affectif est primordial dans le processus de lutte contre la maladie. De nombreux enfants aux pathologies souvent très lourdes et majoritairement de milieux défavorisés sont hospitalisés dans la région parisienne car impossible à traiter sur place. Beaucoup d’entre eux arrivent seuls et nécessitent le soutien affectif de bénévoles leur rendant visite trois fois par semaine.






Crédits photos :
Bénédicte Salzès / Véronique Burger / Sophie Brandstorm / Lahcène Abib / Julien de Weck