20 février 2009

RESF: Communiqué

QUASI-ORPHELINE DE PERE A 3 ANS : MERCI M. LE PREFET
Arrêté le 11 février sur son lieu de travail à Levallois (92), Monsieur Shixiong LIN (dossier n°7503612346) est enfermé au CRA de Palaiseau (91). La préfecture des Hauts de Seine a décidé son expulsion qui est prévue demain vendredi 20 février 20 à 17h20 (vol CA964, Roissy CDG1)
Shixiong Lin a 27 ans, il vit en France depuis l'âge de 21 ans. Il s'est marié en France, il a une fillette de 3 ans, Juliana, née en France qui doit faire sa rentrée à l'école de la rue Domrémy (Paris XIII) en septembre prochain.
La seule question est de savoir si Juliana va être rendue quasi-orpheline de père ou pas par la décision de fonctionnaires français.
A l'évidence, quelles que soient les bonnes raisons que les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires se donneront pour justifier leur décision, l'expulsion de Shixiong Lin en laissant sa femme et sa fille en France serait une saloperie. Elle ne doit pas avoir lieu, Shixiong Lin doit être libéré et régularisé.
Préfecture des Hauts-de-Seine (qui veut expulser Shixiong Lin)
Fax préfecture Nanterre : 01 40 97 21 19
N° de fax du préfet : 01 47 25 21 21
Mail secrétaire général :  didier.montchamp@hauts-de-seine.pref.gouv.fr
Préfecture de police de Paris (qui peut régulariser Shixiong Lin)
fax PP 75 : 01 53 71 67 23
ELODIE, 13 ANS RENDUE QUASI-ORPHELINE DE MERE
PAR LA GRACE DE M. LE PREFET DU RHÔNE LE 20 FEVRIER.
Marie-Noelle M'BANI est Camerounaise. Elle est en Europe (Espagne et Italie) depuis 2000. Depuis six ans elle est venue en France pour être avec sa fille Elodie, 13 ans, dont le père est Français est pensionnaire à Bapaume dans le Nord, près de chez ses parents ; Marie-Noelle était en déplacement à Lyon où elle espérait trouver du travail.
Contrôlée à la Lyon-La Part Dieu, elle a été placée en rétention et doit être expulsée demain.
mél + fax préfet du Rhône : jacques.gerault@rhone.pref.gouv.fr , 04 78 60 49 38
mél + fax secrétaire général :
rene.bidal@rhone.pref.gouv.fr, 04 72 61 49 38
mél + fax directeur de cabinet :  
michel.tournaire@rhone.pref.gouv.fr  ,04 78 60 15 46
mél + fax directrice de la réglementation :
michele.denis@rhone.pref.gouv.fr , 04 72 61 62 41
mél + fax sous-directeur de la réglementation :
stephane.beroud@rhone.pref.gouv.fr
DOUCEUR ANGEVINE ET ACHARNEMENT POLICIER
Ammar Amedjar est en prison depuis 15 jours. Il n'a commis aucun délit si ce n'est, en juin 2008, de refuser d'embarquer pour ne pas quitter ses deux filles et sa femme (Marocaine, en France depuis l'âge d'un an, carte de séjour).
Ramah et Ammar s'étaient mariés au Maroc. Impossible de faire venir Ammar en France, regroupement familial refusé. En mars 2008, il passe outre et arrive à Angers. En juin, la police l'arrête chez lui. Il refuse d'embarquer et est donc condamné à de la prison ferme mais est libéré. Quelques jours après, nouvelle arrestation à domicile, il est mis dans l'avion. Deux mois après, il revient clandestinement auprès des siens. Le 6 février, il est arrêté à côté de l'école où il venait de déposer Maria (3,5 ans) et emprisonné.
Maintenant, les choses sont simples : si on laisse faire, au terme de sa peine, Ammar risque d'être conduit directement de la prison à l'aéroport pour être expulsé une fois encore.
Il faut qu'Ammar Amedjar bénéficie de la grâce présidentielle pour sortir immédiatement de prison. Il faut d'autre part et évidemment, qu'un titre de séjour vie privée et familiale soit immédiatement délivré à Ammar Amedjar et que des excuses publiques soient faites à Rahma Amedjar pour le traitement scandaleux dont son mari a été victime.
Le préalable à tout cela est l'engagement public du ministre Besson de ne pas faire conduire Ammar directement de la prison à l'aéroport ou au centre de rétention.
Numéros tel : 02 41 81 81 81   &  02 41 81 80 20
Fax:02 41 88 04 63
LE PERE DE NAPHTALI, 15 MOIS, BANNI
Ogima TSASA NDUKA a été condamné à une peine de prison il y a 10 ans. C'est du passé mais l'interdiction du territoire dont il avait été frappé court toujours. Cela signifie qu'Ogima conjoint d'Irène (naturalisée française) père de Naphtali, 15 mois, a été placé en rétention pour des faits qui remontent à 10 ans et pour lesquels il a payé. Il risque à tout moment d'être expulsé en république Démocratique du Congo.
Toute la vie d' Ogima est en France, ses oncles, ses tantes, sa soeur, sa conjointe et son fils .
Lors des dernières élections congolaises Ogima a été interviewé par un journaliste qui a transmis cette vidéo avec la photo et le nom d'Ogima au Congo. Les conséquences immédiates ont été la dévastation de l'appartement de sa soeur vivant à Kinshassa.
Nous ne pouvons accepter le départ d'Ogima, d'abord parce que son retour là bas est risqué, ensuite parce que nous ne voulons pas que Nephtali soit privé de son père et Irène de son conjoint.
Aidez nous en écrivant au ministère de l'intérieur pour demander qu'Ogima soit assigné à résidence pour que son interdiction du territoire français puisse être levée –c'est compliqué, mais ce sont les textes)