12 mai 2009

Hadopi à l'hôpital

Et voilà, on remet Hadopi sur le tapis...
La roulette russe attend donc l'utilisateur internet et surtout celui ou celle qui n'y connait pas grand-chose.

Bon mais s'il ou elle fait une crise cardiaque parce que par malheur,il ou elle sera prise en flagrant délit de téléchargement illégal, parce que il ou elle aurait fait le mauvais clic..

Oui, moi, ça m'arrive surtout quand ma souris décide de vivre sa vie toute seule..
Ne rigolez pas, ça lui arrive et donc je me retrouve parfois en des lieux non désirés..
Bon passons..

Je suis donc respnsable de ma souris, de ses clics et du mouvements de mes doigts, quand bien même je serais atteinte de parkinson, de alzheimer ou autre maladie qui fait que mon corps ne soit plus tout à fait obéissant.

Bref, je me retrouve donc à l'hôpital et là, comme je ne suis pas rentable, on me renvoi chez moi, sitôt l'examen fait..

S'il est bien fait.

Cela me rappelle un examen passé il y a quelques semaines.

Tellement vite fait que je dois retourner subir un examen beaucoup plus coûteux pour les finances publiques.

Jusqu'à présent cet examen avait été fait sérieusement mais là, la rapidité avec laquelle je me suis retrouvée dehors avec une injonction de revoir mon médecin traitant pour la suite m'a laissée bien perplexe et quelque peu inquiète tout de même!

Que d'énergie mal dépensée pour tout un chacun et de vies potentiellement exposées..


"" La scène s’est passée ce week-end aux urgences d’un grand centre hospitalier du centre de la France. Le patient - un homme âgé - avait été opéré en neurochirurgie, en milieu de semaine. Bien vite renvoyé à son domicile, il revient vingt-quatre heures plus tard à l’hôpital par le biais des urgences, pour une infection urinaire inquiétante. «Ah, non, il ne peut pas rester. Ce n’est pas rentable. Avec la nouvelle tarification par activité, c’est un patient économiquement non intéressant», se défend le médecin de garde. Ou alors, «on le garde dans le couloir des urgences».

Lire la suite.. 




Puisque peu de personnes trouvent cette réforme justifiée, la loi du plus grand nombre contre devrait l'emporter.

C'est ce qu'on appelle la démocratie mais les plus malintentionnés, et surtout ceux qui ne mettent pas leur vie en danger vous répondrons que ce n'est pas parce que le bateau coule qu'il faut le regarder couler sans rien faire.

Sauf qu'on a donné les barques de secours à ceux qui ont déjà la chance d'être équipés de moyens de sauvetage.

Cela me rappelle aussi un kiné qui s'occupait de Fiston selon ses critères de rentabilité et dont la femme s'offrait la consultation à 100 euros en clinique privée, histoire d'être suivie au mieux.

Elle avait l'air en bonne santé, pourtant mais ceci explicant sans doute cela.

Quand à son intervention sur le pied gauche, un mauvais suivi avait failli lui coûter son pied atteint par une nécrose ou plus vulgairement la gangrène..

Allez faisons comme dans cette chanson espagnole pour enfants...

"La barque coque de noix"

En cas de tempête noire
Rire, ramer et chanter !

J'ajouterai que la prière ne sera pas inutile...

Et je suis cynique mais moins il y aura de monde sur la terre et plus les plus égoïstes pourrons se sauver...