14 mai 2009

Hôpital, silence, on réforme !


Hier au soir, vers neuf heures, le téléphone sonne.

Fiston répond. "Maman, c'est pour toi!"

Le médecin de la clinique.
Il a commencé par s'excuser de m'avoir laissée partir sans me donner le résultat de l'examen passé hier.

Puis il a ajouté, c'est un fibro-adenome, bénin.
Il faudra sans doute une biopsie de confirmation.
Ou pour être tranquille, l'ablation pure et simple et l'analyse correspondante.

Et voilà, tout simplement.

Cela fait des semaine que des pensées négatives me hantent.
Des semaines que me revient le ton de ce médecin qui sous-entendait que j'étais au bord du "cancer"..

Oui vous comprenez un vaisseau, ce n'est pas très bon..
Ce qu'elle a pu me pomper l'air avec son vaisseau.

Des vaisseaux, d'abord , j'en ai partout..
je suis remplie, cousue de vaisseaux, des gros, des plus fins, des très fins, à peine visibles.



Devais-je lui rappeler que l'être humain est presque un vaisseau à lui tout seul;
Par où passe le sang qui nourrit son homme...

Alors, pourquoi affoler le monde tant que l'on est pas sûre.Cela ne veut pas dire que la maladie n'existe pas.
cela ne veut pas dire que la maladie n'est pas en route mais il me semble terrible de presque condamner d'avance..

Moi qui suis d'un tempérament plutôt tranquille, à ne pas m'affoler sans raison valable, je me suis offert une belle peur...

Bien laide, bien insistante, insinuante, insidieuse aussi car j'avais beau me dire que
"Tant que les examens n'ont rien démontrer, c'est inutile de se faire peur.
De toute façon, ça ne change rien à la chose.
Et s'il faut se battre, autant garder son énergie à combattre un ennemi dont le nom et l'action est connu.

C'est usant de se battre contre les fantômes, contre la pensée et l'idée".

C'est la raison pour laquelle je suis arrivée à l'examen, épuisée...

Et cela devrait vraiment être pris en compte.
Partout, dans n'importe quelle structure hospitalière ou de soin digne de ce nom.

Nous sommes des être de chair et de sang (de vaisseaux, devrai-je préciser!) et donc imparfaits et parfois soumis à notre imagination.
Imagination qui peut s'exalter et prendre le mors aux dents et nous laisser hors service pendant quelques temps.

Et c'est pour cela que la réforme de l'hôpital doit être  retirée, purement et simplement.

Il faut juste des moyens et rien d'autre afin de donner à chacun la possibilité d'être soigné humainement.

C'est ce que j'avais le plus détesté au Danemark.



Le pôle santé,  pas très efficace.

Nous avions un médecin traitant par zone et nous n'avions pas le choix.
Ce médecin nous était attribué.
Et pas question de se présenter à l'hôpital comme ça , nous étions purement et simplement renvoyé.
Quant au médecin traitant, s'il était bon, tant mieux.
S'il était mauvais, le mieux était de déménager (enfin pour moi).
Le mieux étant encore de se soigner tout seul.

Pas très encourageant, tout cela.
Je serai désolée de voir la France dont le système de soin est envié par beaucoup d'européens sombrer dans la zone dangereuse pour notre santé physique, psychologique et mentale...