20 mai 2009

RESF: communiqué

Jean-Pierre Fuka et sa femme sont en France depuis 1996, tous les deux travaillent. Leurs deux enfants, nés en France, sont à l'aise dans l'école républicaine comme des poissons dans l'eau. Aujourd’hui, c'est une famille déchirée !

Jean-Pierre avait été condamné en 2005 à deux mois de prison avec sursis pour séjour irrégulier. Interpellé le 19 mars 2009, suite à un contrôle d'identité sur le chemin de son travail, il est écroué à la prison de Fleury-Mérogis pour purger sa peine. Jean-Pierre va passer un mois et demi en prison simplement parce qu'il n'a pas de papiers. Pourtant, son dossier est en cours d'examen à la préfecture d’Evry.
Au bout d’un mois et demi de prison, Jean-Pierre bénéficie d’une remise de peine pour bon comportement et le lundi 4 mai, il sort de Fleury-Mérogis… pour être immédiatement transféré au centre de rétention de Palaiseau. Moins de 24 h après, il est embarqué de force dans un avion pour Kinshasa, sans argent ni vêtements. Il n’a pu revoir ni sa femme, ni ses enfants.

Depuis plusieurs semaines, les enfants de Jean-Pierre refusent de rentrer chez eux tant que leur père ne revient pas. Avec leur mère, ils sont provisoirement hébergés chez une tante. Totalement démunis, que vont-ils devenir ?

Les parents d'élèves et enseignants des écoles Belle au Bois Dormant et Gérard Philippe de Grigny demandent le retour de Jean-Pierre et appellent à un rassemblement devant la préfecture d'Evry, mercredi 20 mai 2009 à partir de 14h.
Pétition à signer en ligne http://www.educationsansfrontieres.org/article19618.html
Les signatures seront déposées mercredi 20 mai à la préfecture.
Vous pouvez protester auprès de  préfet de l’Essonne et demander le retour de Jean-Pierre :
 
jacques.reiller@essonne.pref.gouv.fr, fax : 01 69 91 90 34
fax général : 01 64 97 00 23
(si vous souhaitez écrire au préfet, n’oubliez pas de rester courtois)
Contact RESF : Vincent MICHARD  06 12 88 48 71