17 décembre 2009

Copenhague...

A trois jours de la fin de négociations cruciales pour le climat, la Conférence de Copenhague s'annonce comme un échec.  

Aujourd'hui et demain, les dirigeants du monde entier arrivent à Copenhague pour un round inédit de 60 heures de négociations directes. Les observateurs s'accordent à dire que sans une pression accrue de l'opinion publique en faveur d'un vrai accord, la conférence ne permettra pas d'arrêter le réchauffement planétaire de 2 degrés dont les conséquences seront désastreuses.  

Cliquez ci-dessous pour signer la pétition en faveur d'un vrai accord à Copenhague -- cette campagne a déjà rassemblé un nombre impressionnant de 11 millions de signataires - il nous reste 72 heures pour en faire la plus grande pétition de toute l'histoire ! Le nom de chaque signataire sera lu à Copenhague. Signez à partir de ce lien et faites passer le message à tous!

Une équipe d'Avaaz rencontre tous les jours les négociateurs au sein de la Conférence, ce qui va permettre d'organiser une remise de pétition spectaculaire à l'arrivée des Chefs d'Etats et de gouvernements. Un gigantesque mur de cartons contenant les noms des signataires de la pétition sera dressé et le nom de chaque signataire sera lu.

Face à la plus grande pétition de toute l'histoire, les dirigeants prendront conscience que le monde les observe.

Des millions de personnes ont vu à la télévision la veillé d'Avaaz qui s'est déroulée à l'intérieur du sommet et pendant laquelle le Prix Nobel de la Paix Desmond Tutu a déclaré, face à des centaines de représentants et d'enfants :      
“Nous avons marché à Berlin et fait tombé le mur.
"Nous avons marché en Afrique du Sud et fait tombé l'apartheid.
"Nous avons marché à Copenhague -- et nous ALLONS obtenir un Vrai Accord .” 
 
Nous devons donner à la Conférence de Copenhague le plus large mandat jamais accordé pour arrêter la plus grande menace à laquelle l'humanité est confrontée.

L'Histoire va se dessiner dans les tous prochains jours. Comment nos enfants se souviendront-ils de ce moment? A nous de pouvoir leur dire que nous avons fait tout ce qu'il était possible de faire.