05 décembre 2008

Un double-jeu de livres...Ou l'expérience de la fatuité !

Hier, nous avions rendez-vous avec le proviseur du Lycée afin d'obtenir le "basic" des aides pour fiston.

A savoir, Le double jeu de livres. La dizaines de kilo de livres, cartable à roulettes  et classeurs confondus fatiguent Max y compris tirer tout ce poids qui met en déséquilibre permanent.

Une Auxiliaire de Vie Scolaire supplémentaire mais que l'on ne lui attribuera pas  parce que pas assez handicapé à première vue, à seconde vue non plus car "on" a la vue basse et courte.

Négocier que les cours du au temps de rétention de l'autorisation de cours par correspondance n'ont pas permis de rendre au premier trimestre qui est maintenant terminé.

Un endroit chaud et où Max pourrait s'assoir en cas de retard du VSL.

L'on m'avait assuré que le proviseur était un homme sage, à l'écoute.

Nous nous sommes trouvés confrontés à un P.D.G. de Lycée avec pour mission:
Garder le cap sur la magnificence de la Vitrine Education Nationale.

C'est au nombre de reçus au bac que Monsieur fonctionne.

Et d'ailleurs, vu le nombre de bagues à ses doigts, il doit s'en rajouter une à chaque échelon grimper dans le wikio des meilleurs lycées de France.

Le prix de l'excellence n'admet pas le handicap.
C'est marche Et crève afin que Monsieur le Directeur ait la conscience tranquille du travail bien fait.

L'excellence au prix du broyage de l'humain, handicapés ou non d'ailleurs, ou la signification de 'humain" n'est plus réduite qu'à une entité abstraite qui fait joli sur la carte de visite.

On participe au Téléthon, ça ne fait pas de mal à la réputation de la boutique.

Cela fait classe d'avoir du coeur, on l'inscrit sur le site internet du lycée...

Heureusement, il y a des lois pour se dédouaner de l'humain.

Cela permet de dire en toute quiétude à des parents qui font un peu désordre, avouons-le, que le règlement est le règlement.
Que la vie ne fait de cadeaux, ce qui n'est pas faux en soi, mais surtout  N'Y CHANGEONS RIEN  car cela voudrait dire que des hommes comme lui, si puissants seraient mis en porte-à- faux et là, plus de vitrine, n'est-ce pas?

Parce qu'on aurait triché avec le réglement.

Sous le prétexte fallacieux que l'université, que les grandes écoles ne sont pas adaptées au handicap, c'est donc  aux handicapés de s'adapter au système.

Leur handicap est une vision trop disgracieuse de l'esprit pour se permettre d'avoir désirs de valides.
Un handicap qui a bon dos et cautionnerait  par la-même la fainéantise.

Voilà, nous y sommes. Le problème n'est pas le handicap.
Non
Le problème est que les handicapés réclament les mêmes droits que les valides
C'est à dire le droit de mener la vie qu'ils ont choisi, en fonction de leurs désirs ET capacités.
Et cela est  préjudiciable au valides de cet établissement et disons-le tout net, cela ne fait pas très joli.

Laissons les éclopés entre-eux, il y a des lieux pour eux.. Et après tout, qu'ils ne s'avisent surtout pas d'en sortir s'ils ne sont pas capables de faire plus valide que les valides...

C'est avec le joli sourire en coin d'un bon sage de la République, bien débonnaire, que nous a remis Monsieur proviseur, l'autorisation de cours par le CNED, en nous faisant bien comprendre, à nous parents turbulents et récalcitrants, que nous n'étions que des cancres...

Cancres de la République, handicapés sociaux et peu enclins à remercier un tel homme pour l'honneur qu'il nous fait d'accueillir un individu tel que notre fils entre les murs de son établissement de premier choix.
Il est près du but et il y arrivera avec un élément encore plus déterminant pour les lycées engagés dans la course pour le premier du classement, il   "INTEGRE"  les handicapés...Ce que ne font pas les autres..Pas de cette façon et pas TOUS les handicaps...

Il nous en a d'ailleurs fait l'apologie... Il nous a fait le décompte des jeunes qu'il accueillait avec tant de bienveillance et de compréhension et des aménagements adapté.
Enfin adapté selon la politique de l'établissement et celle de Monsieur le Proviseur.

En ce lieu sublime, ensemble,tout est possible.
Cela ne vous rappellerait-il pas quelque chose?

Une chose est sure, l'arrogance et la condescendance de ce type et l'hypocrisie redoutable dont il a fait preuve nous ont fait réfléchir sur la suite à donner et je crois qu'une inscription TOTALE par le CNED pour cette année est définitivement à l'ordre du jour...

Jusqu'à ce que nous trouvions un lycée adapté à Fiston...

J'ai vu rouge mais je suis sortie de là soulagée d'une certaine façon car nous n'osions pas franchir le pas de cette inscription par le cned.

Ce n'est pas une décision simple et  la question s'est posée depuis le début de l'année.
Elle ne se pose plus, elle s'impose.
Et vite avant que Fiston ne se retrouve broyé dans cet univers impitoyable (comme dans Dallas).
La pression est si forte que les six élèves en situation de handicap se livrent une guerre effrayante entre eux.
Ils ne se parlent plus pour ainsi dire.

Et le copain de Fiton m'avait demandé d'évoquer cette ambiance pourrie dont ils souffrent tous les deux mais


Monsieur le Proviseur est absent pour le moment, veuillez laisser un message après le bip sonore avec vos coordonnées il vous rappellera peut-être si

- Ce que vous demandez ne fait pas désordre dans le paysage idyllique de l'établissement.
-Si cela est est en accord avec son chiffre d'affaire afin de ne pas porter préjudice à la vitrine nationale
-Si enfin cela entre dans les attributions d'un lycée d'exception...


CHUT.... Monsieur le Proviseur est très occupé


Il se regarde le nombril et admire jusqu'où le sens de la bonté le transporte.

Il est la bonté faite homme, n'est-ce pas?


Qui, certainement  doit jouir tous les matins en regardant son nombril, centre du monde éducatif , du bienfait qu'il rend à la civilisation en formatant tout ces galopins, graines de pervertis à la base comme tout un chacun le sait, pour un futur monde de meilleurs.
La crème de la crème.
Les meilleurs des meilleurs..

Boudu,  c'était un vrai Monsieur Cramoisi.
Le monsieur Cramoisi du Petit Prince.