10 août 2009

Un voyage très bohème !

J'ai suivi de loin l'actualité de la France puisque nous avons passé une bonne dizaine de jour près du Lac de Côme.

Notre Super5 qui a passé l'âge de la retraite nous a emmenés pour cet ultime voyage sur les nationnales de bords de côte méditéranéenne, jugeant inutile de prendre l'autoroute !
Son état de grand-mère avancée, presque dix-huit ans et ses quatre petits chevaux ne lui permettant pas de grosses envolées, ni de records de vitesse à battre sauf son propre record.

Et le temps passé en route fut donc long et chaud.

Nous avons donc traversé les villes de Mazamet (choix de la Montagne Noire moins fréquentée), St Pons,  Bézier, Montpellier, Arles, Aix en Provence, Le Cannet des Maures où nous avons fait une première halte, Fréjus, Cannes, Nice où nous avons dormi en deuxième halte, Monaco et Monte-Carlo, Menton, San Remo, Milan et enfin Cadorago.

Une bonne adresse à Nice pour manger.
Un resto amménagé dans un vieux bus américain
Le texas-truck!

Pas vraiment cher pour le lieu, beaucoup d'imagination et de l'attention envers les consommateurs.

Excellente adresse!

Avec une exposition de voitures américaines de légendes!

Un plaisir pour les yeux, pour la sociabilité et pour le palais!

Après nos 5 heures passées dans la chaleur et la queue-leu-leu des vacanciers!



Et partout où nous sommes passés, nous faisions un peu fausse note.

Nice, Cannes, Fréjus, Menton...Monaco "of course"!

Nous avions promis à Fiston de l'emmener sur les traces d'Alonso, son idole.

Et Madame La Renault5 a donc parcouru "pianissimo" les voies du célèbre circuit de F1.

Fiston est descendu chercher le souvenir du passage des F1 et de la pôle position. il est revenu tout sourire et avec quelques écorces des pins les plus proches.

Je souligne qu'il nous a fallu un peu plus de 5 heures pour parcourir la route entre le Cannet et Nice.

A certains endroits, c'était du pare-choc contre pare-choc...

A croire que la crise aurait été inventée de toute pièce!

Bien que j'ai entendu ce matin que les hôtels de Luxe de Cannes ont bien fait le plein cette année.

Enfin, aux alentours de San Rémo, décision de prendre l'autoroute pour deux raisons, ne pas arriver trop tard et surtout parce que la recharge de mon portable n'a pas fonctionné, donc pas de téléphone et parce que nous sommes partis sans l'adresse des parents de la mariée.

L'aventure, en somme !

Mais des italiens trop sympas nous ont aidés.

L'un voyant que nous cherchions la direction de Cadorago, perdue quelque part sur la route nous a guidé du haut de son engin une moto quatre roues,  bâchée qui ressemble à un minuscule camion. Le nom me manque !
Il nous a guidé gentiment jusqu'au centre du village.

Nous sommes rentrés dans un bar branché  (My Way) et avons demandé à téléphoner chez la future mariée.
Le patron nous a gentiment proposer d'appeler la famille sans rien demander en échange.

Ce qui nous a incité à prendre une boisson chacun, cela tombait bien, nous mourions de soif!

Et bien malgré toutes nos aventures, nous sommes arrivés en même temps que les derniers attendus de la région parisienne.

Merci la Renault5
et merci notre bonne étoile.

Et tout au long de notre séjour, nous avons pu constater la grande gentillesse des italiens de cette région.

Au restaurant, pendant le mariage, les serveurs avaient une première fois interdit de jouer du piano qui se trouvait à l'entrée.

Ce que n'acceptait pas mon petit Victor. Il a la passion de la musique et ses parents investissent dans différents pianos qui puissent se transporter. Jouer de cet instrument ravi mon petit bonhomme et il ne résiste pas à la vue d'un piano sans pouvoir l'ouvrir.

Après avoir observé à quel point cela était un crève-coeur pour Victor et ma bataille avec lui pour l'empêcher d'ouvrir le couvercle, ils sont venus nous voir et on laisser Victor jouer tout son saoûl.

Ils ont toujours été attentifs aux difficultés rencontrés.

Enfin, nous avions formé le projet d'aller sur le circuit de Monza tout proche de notre lieu de villégiature.

L'entrée est payante pour pénétrer dans les tribunes mais nous avons bénéficié d'un tarif promotionnel devant la passion affiché de Fiston pour la Formule 1 et la Ferrari.

Ferrari offerte par le beau-père de son cousin à qui mon neveu à payé sa "dîme".
Pour obtenir la main de sa femme, il était question d'offrir une ferrari au papa.

Et donc une petite voiture radio commandée fit son apparition et donnée ensuite à Fiston en connaissance de cause!

Pourtant la vie nous a parue chère.
Très chère et plutôt difficile et j'ai du mal à comprendre comment dans ce contexte un Berlusconi a pu gagner les élections ?

Mais la même question se pose chez nous.

Comment Sarkozy a t'il été élu, sachant ce qui'l représentait ?