17 juin 2010

Pourquoi les français boudent-ils la politique?

Taguée à mon tour par Steph, l'auteur de "Une Autre Vie", lui-même tagué sur une proposition de Yann, au départ de la chaîne.

Cela fait, moi-même, plusieurs semaines que je décroche plus ou moins de cette politique que je trouve dévastatrice tant sur le plan humain que sur le plan psychologique.

Je décroche par fatigue, par impuissance, parce que je dois aussi m'occuper de moi.

Mais je continue d'écouter France Info le matin au petit-déjeuner, histoire de voir ce la journée nous réserve.

Enfin, ce que la politique nous réserve comme annonce quotidienne.

Et puis maintenant, au lieu de râler, ce qui est mauvais pour ma santé qu'il faut que je préserve pour plusieurs raisons, je me mets le casque sur les oreilles.

Et puis, je me branche sur des vidéos relaxantes.

Je les passe en boucle, puis je me branche sur les recherches qui concernent l'avenir de Fiston.

Après être allée chercher les infos au CNAM de Toulouse pour la formation de Capacité en Droit et le DAEU et après en avoir discuté avec Fiston, nous avons convenu de l'inscrire à la préparation du diplôme en section scientifique.

Avec une année de pré-DAEU et une année de préparation avec un redoublement sur l'une des deux années.

Mais revenons à nos moutons...

Enfin à nos "veaux" puisque tel nous a nommé le Général de Gaulle.


- "Les Français sont des veaux." Il a réellement employé cette expression ? - Il l'a souvent employée quand il les voyait ne pas réagir ou se considérer comme battus avant même d'avoir engagé le fer. Au début de juin 1940, par exemple, à Londres, à l'hôtel Connaught, à voix basse pour ne pas être entendu des convives qui dînent à la table voisine. Il vient de stigmatiser l'armistice au micro de la BBC. Je le vois alors serrer son couteau nerveusement avant de le reposer avec délicatesse. Puis il me souffle: «Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n'ont que ce qu'ils méritent. » Quand j'apprenais l'histoire de France au collège Stanislas et que je m'étonnais de telle ou telle défaite militaire que nous avions essuyée, il me disait: «Les Français sont comme ça depuis les Gaulois. Hannibal qui recrutait des légions pour battre Rome écrivait à son frère Hasdrubal, qui levait des mercenaires en Espagne et dans les pays voisins: "Ne prends pas trop de Gaulois. Ce sont des ivrognes. Ils sont courageux dans l'action, téméraires au combat, mais vite découragés et jamais contents." César disait à peu près la même chose. Il ajoutait: "Ils sont palabreurs et n'arrivent à s'unir que face au danger." Tu vois, concluait-il, deux cents ans avant Jésus-Christ, on définissait assez bien les Français d'aujourd'hui. » De même répétait-il souvent: « La France vacharde. » Cela voulait dire qu'elle tombe dans la veulerie et qu'elle cherche à donner le coup de corne ou le coup de pied de l'animal rétif à ceux qui veulent la faire avancer. Une autre expression lui était familière: « Les Français s'avachardisent. » Termes militaires pour signifier qu'ils s'avachissent en grognant. Dans une lettre au père Bruckberger, le 27 mai 1953, il écrivait avec néanmoins un certain optimisme: "La mollesse française est d'une extrême épaisseur. Mais même en France, elle n'a pas l'Avenir, qui est aux forts."
Ibidem, Les Français tels qu'ils sont, p. 114-115  ""



Je  suis fatiguée de les entendre se plaindre mais continuer d'accepter leur sors sans réagir, comme de vraies grenouilles bien cuites et insensibles à leur cuisson à petit feu si bien décrites par Olivier Clerc.

Je ne me désengage pas mais ne sentant rien venir de plus positif, je fais comme beaucoup, le dos rond.

Un peu écoeurée de ce manque de solidarité du peuple français envers ses semblables, à moins que ce ne soit plutôt un excès d'optimisme envers le mieux-disant, celui ou celle offrant la meilleure apparence.

La naïveté de mes compatriote me glace un peu quand je les entends parler de la dette, quand je les entends dire que la retraite à 62 ans, pourquoi pas.

Qu'est ce qui leur fait dire qu'ils vivrons plus vieux que ça?

Qu'est-ce qui leur fait dire que LEURS enfants vivrons plus vieux que nous?

Avec tout ce qu'on leur fait ingurgiter comme mal-bouffe, comme médicaments auxquels on fait confiance les yeux fermés.

Avec toute cette pollution avec, tous ces pesticides et tout ce qu'on leur fait vivre de stress tant à l'école qu'au travail, quand ils en ont.

Qu'est-ce qui nous fait croire que tout ira de mieux en mieux alors que la régression sociale est en cours.

Un matin, il n'y a pas si longtemps, j'écoutais sur France Info, un économiste nous assurer que les dettes étaient équilibrées.
Ce qui revient à dire que la Dette n'existe que comme "mot de passe" bien asséné pour nous rappeler, façon "Pavlov" que nous devons nous serrer la ceinture pour mieux servir ceux qui nous saignent.


Au moyen-âge, c'était le diable et l'enfer. Aujourd'hui l'enfer a muté en "dette".

A chaque période sa "Bible". 

Notre bible a évoluée en économie de marché, mondialisme, dette de l'état et autres assertions bien "virtuelles".

Et bien sûr, il est hérétique de ma part d'affirmer que la dette n'existe pas!

Nous ne la verrons jamais sauf à la vouloir réelle.
 

Ni vous, ni moi, petite citoyenne ne la "verrons".

Les Arcanes de l'Econnomie sont bien cachées, même à celui ou celle qui croit détenir une partie de la Vérité.


IL suffirait de changer les règles du jeu pour ouvrir le chemin d'une ère un peu plus humaine, un peu plus intelligente, un peu plus sereine.

Mais cela demande une véritable réflexion, une ouverture d'esprit totale et la capacité d'imagination pour aller vers autre chose que ce monde qui se rétracte qui se meurt de lui-même et s'auto-détruit par manque de compréhension de la véritable nature du monde..

Quel est le Dieu qui tient la bourse de l'économie mondiale, Jésus-Christ, Yavéh, Mahomet, Bouda ou autre ?


Bien sûr que les règles peuvent changer puisque c'est l'homme qui est à l'origine de son propre désastre.

Nous sommes le pire prédateur de la planète sous des couverts de modernités et d'intelligence.


Pauvres enfants du monde, vous avez bien du souci à vous faire.

A moins que vous ne deveniez enfin intelligents et que vous acceptiez de changer tout ce qui doit l'être même au prix de la "modernité", enfin peut-être.
 

Qui sait !!



Je repasse le tag au Rocrocodile, Au Crapaud du Marais  dont le dernier article pourrait passer pour une réponse, à Delphine ou Pinaise et à ceux ou celles qui aurait quelque chose à dire sur le sujet...