20 juin 2010

Le sport pour endormir le bon peuple.

Pendant que les propos d'Anelka à son entraineur font la "une" des journaux, on oublie l'enjeu de la réforme des retraites.

Même notre président nous donne son avis sur ces propos, qui, quoi qu'il en soit, ne nous concernent pas.

Histoire de nous focaliser sur le sujet.
Mais honnêtement, je me fiche de ce qu'Anelka a pu dire à Domenech.
Ces gens là ne font pas partie de mon quotidien.

Ce qui fait partie de mon quotidien, c'est la gestion de la maladie, c'est la réforme des retraites ( quelle sera la mienne alors que j'ai du arrêter de travailler pour m'occuper de mon gamin et que la MDPH ne le reconnaît pas vraiment)

C'était mon choix, soit et je l'assume mais la réalité ne s'imposera t'elle pas à moi dans quelques années?

Lorsque mon ado sera autonome, il sera temps pour moi de retrouver un "emploi ou quelque chose qui y ressemble".

Lors de cette époque, vécue à San Francisco, j'allais débroussailler les haies de particuliers, faire le ménage chez les personnes âgées et handicapées, j'ai même replanté toute seule, la personne qui devait m'aider s'étant désistée, la grande pelouse d'une maison particulière...

Je m'imagine dans quelques années faire la même chose, tiens!

On dit que le travail, c'est la santé!

J'irai nettoyer la maison de personnes dites âgées mais plus jeunes que moi, peut-être ou alors, je ferai la tournée des ferrailleurs avec les quelques cannettes de bière, coca cola et autres schwepps que j'aurais récoltées, ou peut-être les revendre aux entreprises qui recyclent.

Cela sera excellent pour la planète, un bon geste écologique, et me donnera les quelques sous dont j'aurai besoin pour manger, me loger et m'habiller tout en ayant l'impression de servir à quelque chose!

Magnifique avenir s'il en est.

Ce qui me plait bien est que je ne serai pas seule.

Nous serions une petite bande car il est bien connu que, plus on est de fous, plu on rit!

Et nous écumerions la ville et ses campagnes environnantes pour trouver notre subside quotidien.

La belle vie, quoi !

Et de temps en temps, nous pourrions faire la manche comme on voit beaucoup de petits vieux le faire depuis quelques temps.
Ce n'est pas fatiguant, il suffit de s'installer quelque part avec, écrit sur un papier:

" S'il vous plait, auriez-vous quelques petites pièces en trop à me donner, c'est pour manger?
J'ai eu beau travailler toute ma vie, j'ai commis l'erreur de choisir le groupe de ceux qui n'ont pas de Rolex et de rater ma vie. Merci"


Tien, puisque j'y suis, nous pourrions nous imaginer que nous soyons protégés par un groupement d'employeurs qui nous logeraient, nous blanchiraient, nous protégeraient et pour lesquels nous donnerions notre temps disponible et notre dévouement sans bornes puisque, nous le savons déjà, la jeunesse est en grande voie de disparition..

Bientôt la planète ne sera plus habitée que par des vieux...

Tout cela dans le meilleur des monde, la bonne entente et la bonne humeur, entre vieux on se comprendra toujours.
Fini les conflits de générations qui nous empoisonnent la vie.


A moins que les jeunes ne prennent conscience qu'ils peuvent aider au changement des mentalités.



Et c'est à nous les futurs "vieux" de les guider sur cette voie en nous leur montrant l'unité et la voie de la réalisation intérieure plutôt qu'extérieure puisque, tôt ou tard, les richesses disparaitront de la circulation, monopolisées par quelques uns.

Mais tant que nous convoiterons ces richesses
, elles aurons de la valeur.
C'est donc à nous de changer nos valeurs.

Et de nous battre pour ce qui en vaut la peine.

Nous avons toujours le choix d'une direction ou d'une autre.

Notre destinée est ouverte tant que nous vivons, rien n'est jamais acquis définitivement.
Le monde évolue en permanence, il suffit de le savoir.

Tout peu changer en quelques secondes, il suffit d'une bonne prise de conscience et de l'action qui l'accompagne.

Quoi qu'il arrive, nous sommes toujours maître de notre destin et de nos choix.

En attendant, il nous faudrait un 24 juin suffisamment fort et surtout sortir de cette assertion que les français ne sont que des "veaux"...