09 novembre 2008

Bloguer ou ne pas bloguer...

Combien de fois, il m'est arrivé de me dire:
" Je ferme ce blog!"

Si peu convaincue que je suis de son utilité. Du temps passé à copier-coller, la majeure partie de mon activité.

Pour le reste de mes réflexions, je ne trouve pas actuellement l'énergie pour développer , du moins par écrit. Aussi vite qu'aille ma capacité de frappe par rapport à l'écriture manuscrite, s'entend, ça me prend un temps fou..
Du temps que j'ai mis en oeuvre pour représenter Fiston dans toutes les instances où cela est possible. Je passe mon temps à réfléchir sur son avenir et sur:
"Comment aider un gamin qui a, indéniablement de grandes capacités intellectuelles - que certains disent de surdoué mais que je nomme simplement intelligence - comment donc aider ce gamin à ne pas sombrer et ne pas finir dégouté de tout avenir scolaire et studieux?"

Dans cette société où le regard de l'autre fait notre bonheur ou notre  malheur, il ne fait pas bon être là où nulle part commence.

Il ne fait pas bon être trop différent.
Je me répète, je le sais.

Comme me disait avant-hier, le représentant de l'Association Française Contre les Myopathies, nous ne sommes pas des parents "traditionnels", en tout cas je ne sens pas dans la peau d'une mère traditionnelle.

Bien consciente pourtant des enjeux, de TOUS les enjeux que représentent la façon dont je procède.
Dans mon cas, certains parents diraient:
"Aller Fiston, en cours et bouche-toi les yeux et les oreilles"

Ce que je dis  aussi mais avec une nuance:
"J'exige le respect de l'élève, ce qui dans le monde de l'Education Nationale est une injure!"

Certains élèves souffrent de l'indifférence des adultes jusqu'à en devenir barbares eux-même et s'abîmer dans un conformisme dont ils sortiront peut-être un jour par la porte de sortie qui leur conviendra.


Certains vont jusqu'au suicide social, intellectuel, psychologique et physique...Le jour où leur vie d'adolescent ou d'adulte ne peut plus être vécu sur ce mode "choisi-imposé".

Ou bien développent des maladies graves et incurables.
On aura beau me dire que j'expose Fiston dans ce carcan d'hyper-protection, mais donner la vie n'est-ce pas déjà exposer l'enfant à tous les dangers...

Et c'est bien de cela dont je veux parler sur ce blog.
Mais souvent le regard que je ne retrouve que glissant, découragé peut-être par un domaine si difficile à ressentir, par toutes ces choses qui échappent parce que ce n'est pas simple à imaginer.

A se demander qui cela intéresse que des enfants soient maltraités à cause de leur handicap, de leur différences intellectuelles (hautes ou basses), et là je désigne tous ces enfants, adolescents que je connais, que j'ai rencontrés et qui vivent sous le regard indifférent d'une société qui rejette ce qui lui ressemble trop dans le difforme.

Parfois, ce monde superficiel du blogage me déçoit, me rebute...et parfois, l'envie de fermer boutique me prends et me poursuit.. Le virtuel n'est-il que trop virtuel et donc superficiel ??

Mais M veille et continue de m'encourager. Et son rôle est prépondérant.
En aparté, elle m'a encore montré le chemin et encouragée à continuer.

Alors parfois, un mot, un signe me fait écrire encore..

Le mot de la Fin ?

Merci à toi M.