15 décembre 2008

Ma rencontre de ce matin.

Les institutions sont lourdes à bouger.
Les mentalités s'accrochent à leurs oripaux

Mais j'ai en ligne de mire l'avenir de Fiston et là-dessus je n'ai pas lésiné à l'expliquer.

Si tous les parents voulaient bien prendre conscience de ce qui se passe autour de leurs rejetons.
Si nous pouvions former une chaîne de solidarité de façon à ce que ces gamins ne souffrent plus..

Par fois je rêve d'un autre monde.

Il y a du pain sur la planche et comment faire ?

 Mais au moins j'ai poussé les portes de la différence.

Nous ne rentrons pas dans leur moule, ni Fiston, ni moi.
Cela est le fait le plus sûr et que l'on me mette tous le psychologues sur le dos si l'on veut...

Fiston ira voir celui du Service de soins à domicile, j'ai confiance
Mon gamin est très équilibré, et SURTOUT en dehors des murs de l'Education Nationale.

La grande laveuse de cerveaux.


Ceux-là n'en n'ont pas eu besoin.

L'essentiel est que l'on sorte de ce système et de l'immense hypocrisie qui l'assaisone.

 
Pour chacun une bouche deux yeux
deux mains deux jambes
Rien ne ressemble plus à un homme
qu’un autre homme
Alors
entre la bouche qui blesse
et la bouche qui console
entre les yeux qui condamnent
et les yeux qui éclairent
entre les mains qui donnent
et les mains qui dépouillent
entre le pas sans trace
et les pas qui nous guident
où est la différence
la mystérieuse différence ?
Jean-Pierre Siméon
 Poême trouvé là.