31 janvier 2010

De mieux en mieux.

Les premières bouchées ont été avalées, plus ou moins facilement.
Plus trop de vomissements, la douleur diminue et l'écart entre les piqûres de morphine augmentent.

Fiston va de mieux en mieux.

Aujourd'hui, c'est son anniversaire et les infirmières sont super gentilles avec lui, aux petits soins...

Comme je le disais au médecin ce matin, venir à Garches était LA bonne idée.

Et pourtant, la politique contre la douleur en France n'est pas au point du tout.
Et avec les restrcitions budgétaires, les infirmières ne se privent pas de le dire, ce cera de pire en pire.

Tout est sur papier mais uniquement sur papier.

Et moi qui pensais, bien naïvement je l'avoue, qu'un 'hôpital dans un fief de la droite et en particulier celui de Sarko serait une bonne chose et que les moyens financiers y seraient.

Que néni, c'est même pire je crois.

En rentrant ce matin dans le bâtiment, jai remarqué une affiche appelant à la grève des infirmières.
On leur demande énormément.
Celles qui s'occupent de Fiston ont deux étages de patients à gérer.
Et celles qui partent à la retraite ne sont pas remplacées.

Tout comme les médecins.
Des services ferment parce qu'ils n'y a pas de médecin pour assurer la relève, tout simplement.

Si nous n'y prenons pas garde, c'est tout notre système de soin qui est en danger avec cette politique.

Nous allons à la catastrophe et les infirmières ont beau faire grève, manifester et se démener pour alerter l'opinion publique, si les français ne réagissent pas, ça sera le retour au moyen-âge dans peu de temps.

Ce que je vois m'affole.

Fiston n'a pas eu la pompe à morphine comme on aurait du lui mettre et l'infirmière a qui j'ai demandé pourquoi m'a répondu qu'il n'y en avait pas.
Que de toutes façons, les restrictions budgétaires faisait que la politique contre la douleur était en net recul.

Et c'est insupportable.
Elles ont été géniales, en compensant le manque de moyens par une attention permanente et une grande gentillesse. beaucoup de respect et de douceur...

Ce qui a rendu les suites opératoires supportables dans l'ensemble.

Le courage et la gentillesse de Fiston ont fait le reste!