13 juillet 2008

La mort, un défi de la vie.




Ressources en Développement
Les psychologues humanistes branchés !












Vous cherchez de l'aide psychologique?

Nos services!
Nos publications!

Voyez les autres sections:

La lettre du Psy
Les articles
Le guide des émotions
Le coffre d'outils
Les poèmes

Voyez aussi...

Recherche sur ce site
Quoi de neuf ?
Calendrier des activités
Qui est ReD ?
Communiquer avec nous
Plan du site

Vous êtes un professionnel de la santé mentale?

Nos services!


La mort: un défi de la vie

Par Jean Garneau , psychologue

Cet article est tiré du magazine électronique
" La lettre du psy"
Volume 5, No 9: Octobre 2001


| Avant d'imprimer ce document | Mise en garde | Autres articles |


Résumé de l'article

Pour tout être vivant, la mort est une réalité inéluctable: sa vie s'achèvera tôt ou tard par une mort définitive. Cet aspect de l'existence est un des défis les plus difficiles que la vie nous propose. Il peut sembler totalement désespérant et absurde à celui qui refuse d'y faire face et de l'assumer complètement. Mais pour celui qui parvient à accepter vraiment cette réalité, c'est toute la valeur de la vie, du présent, des relations interpersonnelles et du développement personnel qui se trouve changée.

Jean Garneau présente dans cet article le volet le plus fondamental d'une vision de l'existence humaine pleinement assumée. Il fournit par la même occasion des éléments de réflexion essentiels pour examiner les fonctions psychiques de la vie éternelle promise par la plupart des religions, ainsi que de plusieurs vertus généralement reconnues, notamment l'altruisme et le sacrifice.


Table des matières

    A. Introduction B. L'évitement
    1. Pourquoi cet évitement ?
    2. Un défi plus ou moins évité
    3. Les principales formes de déni
        a) Ce n'est pas vrai b) Ce n'est pas définitif c) Ce n'est pas grave d) Ce n'est pas incontrôlable
    C. En guise de transition



Vous pouvez aussi voir:
Vos questions liées à cet article et nos réponses !




Avertissement



    Notre équilibre psychique est souvent organisé en fonction du refus d'un des défis existentiels fondamentaux. Il est normal de réagir très vivement à un article comme celui-ci, car il nous invite à regarder en face une réalité qui menace notre sécurité intérieure. L'indignation et la révolte feront sans doute partie des réactions de plusieurs lecteurs à cet article. Vos objections sont les bienvenues, tout comme vos commentaires et vos questions à propos de cet article. Mais si vous êtes tenté d'abandonner la lecture ou de jeter l'article, je vous invite à tenir compte de cette réaction. Il ne serait pas utile de continuer dans ces conditions. Il vaut mieux y revenir éventuellement lorsque vous serez dans de meilleures dispositions pour profiter de la remise en question que peut susciter cette lecture.