01 mai 2008

Question de blog : l'être et le néant !


Je voulais mettre fin à ce blog.

En l'ouvrant, j'avais une idée bien précise en tête.
Celle de faire connaitre l'histoire de mon fils et à travers lui, l'histoire de tous ces enfants, adolescents différents qui vivent des histoires lourdes, difficiles.
Qui se heurtent quotidiennement aux regard de l'autre, du normal.

On ne choisit pas de naître différent mais c'est quelque chose qui nous suit toute notre vie.
Qui nous oblige à faire avec, à sortir encore plus de notre apparence.

Il faut prouver jour après jour que nous n'usurpons aucun droit, que nous pouvons néanmoins réussir notre vie, que nous sommes des êtres humains à part entière et non pas des objets de pitié.

La pitié ne nous sert à rien, elle n'embellie pas notre vie.
C'est un sentiment qui dédouane le "normal" de se sentir comme l'égal de cet humain atrophié du corps ou du mental.

C'est ce dont je voulais témoigner.

Pour tous ceux qui se taisent.

Et ils sont nombreux à ne pas oser dire ce qu'ils vivent, à se vouloir invisibles pour ne pas attirer l'attention sur eux, déjà qu'on leur reproche tant de choses.

C'est parce que mon chemin à croisé celui de Fanette, celui de Nicolas, de Filaplomb alias Monsieur Poireau que je visite si peu en ce moment que j'en suis arrivée là aujourd'hui.
Sans oublier tous ceux que je ne cite pas et qui sont nombreux.

C'est depuis cette période de remise en question que je visite peu de blogs.
Une certaine fatigue, sans doute.

Le fait que je me sois retrouvée, soudain avec plus rien a faire. Fiston casé dans son centre médico-éducatif avec suffisamment de personnes pour s'occuper de lui.

Moi qui ai passé tant d'années à m'occuper de mon fils.

On m'avait bien dit et je le savais que je risquais de me retrouver toute bête.
A tourner en rond.
Je croyais m'être prémunie contre ce vide des journées.
j'avais prévu de faire ceci ou cela.

Sauf que je n'avais pas prévu ça.
Je n'ai pas vraiment déprimée.
je me suis juste sentie fatiguée, vidée, comme si j'avais couru le marathon.
Démotivée et dépossédée.
Sans avoir un seul mot à mettre dessus, surtout avoir pris conscience de ce malaise.
Le vide total, le néant, le rien.

091 m'a aidée à continuer alors que j'abordais le sujet sur l'un de ses billet.

Cette bataille est si importante pour nous, je dis nous pour tous ceux qui se sentent différents, pour tous ceux qui souffrent.
J'ai conscience d'avoir fait beaucoup de copier-coller, peut-être d'avoir triché mais l'objectif est bien de faire connaître la difficulté de vivre la différence sous toutes ses formes.
Et ce classement que je suis allée consulter, un peu pour faire comme tout le monde m'a redonné un peu la pêche ! Plus belle la vie!

568
Alluvions Entree
Divers

Pendant que tu écrivais ton commentaire et que je faisais une petite balade, je me disais que j'avais oublié une personne importante: Petit Grognard que j'ai rencontré en chair et en os.

Et que j'apprécie beaucoup malgré les divergences d'opinion politique.

Mais ce n'est pas l'essentiel car le courant est passé et la personne du blog est quelqu'un que je sens d'une très grande sensibilité, un petit je-ne-sais-quoi de touchant.